Championnats handi aviron 2014

 

Les championnats de France handi aviron se sont déroulés à Cazaubon dans le Gers les 11 et 12 avril 2014.

 

 

Le CYRC était représenté par Jean Christophe Tachet en deux sans barreur accompagné de Frédéric De Sousa en tant que guide.

 

La compétition se déroulait par une course de classement le vendredi pour tirage des lignes d’eau de la finale du samedi ou était décernées les médailles au trois premiers équipages.

 

 

Jean Christophe participait pour la troisième année consécutive à ce championnat et se classe 5ème avec sa meilleure performance, à 1.15 seconde du 4ème et l’écart le plus proche de l’équipage vainqueur.

 

Avec son handicap (problème d’équilibre et de coordinations motrices), la performance sportive est toute aussi importante que la rééducation provoquée par l’entrainement quasi-quotidien. Pour préparer la compétition, Jean Christophe a été entouré de Frédéric de Sousa et de Julien Drevelle tout deux partenaires d’entrainement lors des nombreuses séances d’entrainement sur la charente.

 

 

Pour cette compétition les entraineurs des clubs d’Angoulême et de Cognac avaient décidé de s’associer pour le temps de la régate. Moustapha Balghi de l’aviron club d’Angoulême était également aligné en deux sans barreur avec Sacha Sikorsky en tant que guide.

 

L’équipage Angoumoisin se classe 6ème pour sa première participation à cette compétition.

 

 

Cette compétition a donc été l’occasion d’un rapprochement entre les deux clubs charentais. Et Sacha Sykorski et Benoit Lamouche de souligner : « Nous sommes concurrents sur l’eau mais également partenaires lors des stages de ligue pour préparer la coupe de France ou du stage de ski de fond que nous organisons en commun chaque année. Nous avons l’habitude de nous entraider en mutualisant des déplacements ou en se prêtant des embarcations. C’est aussi pour les jeunes l’occasion de mieux connaitre les rameurs des clubs voisins et de créer des liens. On y gange aussi sur les performances en bateau. C’est à aussi ça l’aviron : l’entraide et l’esprit d’équipe. »

 

DSCN8677

DSCN8684

DSCN8693

 

Extrait d’un article paru dans la charente libre sur l’équipage Mustapha et Sacha :

 

De l’ombre à la lumière. De l’enfermement à la renaissance. A chaque coup de rame avec Sacha Sikorsky, Mustapha Balghi grimace autant qu’il savoure. « Aujourd’hui, j’ai retrouvé un équilibre », glisse « Mouss », sourire aux lèvres malgré les contrariétés de la vie et un horizon professionnel flou depuis cet accident du travail survenu en juin 2012.

 

Un coup du sort qui l’a meurtri dans sa chair, le laissant avec une main droite paralysée et une amputation du pouce. Touché mais pas coulé..

 

 

« Parti à l’aveuglette » avec quelques souvenirs de jeunesse sur la Charente pour seuls repères, Mustapha s’est depuis refait un moral et une condition physique grâce à la bienveillance de son partenaire, entraîneur référent de l’ACA avec Itziar Gamiochipi.

 

Un tandem, adepte « du sport pour tous », et déjà sensibilisé à l’intégration d’athlètes handicapés sur des embarcations spécifiques. « Je ne regrette vraiment pas d’avoir poussé leur porte. Ils m’ont accueilli à bras ouverts et m’ont mis dans les meilleures conditions possibles pour que je progresse au même titre que tous les valides. Je ne me suis jamais senti à l’écart. »

 

Avec l’appui de la Fédération française d’aviron, le club a fait l’acquisition d’une orthèse, une sorte de gant qui permet la fixation de la pelle avec un scratch. « ça glisse beaucoup mais ça me permet de naviguer », raconte l’intéressé qui s’astreint aussi à des séances d’ergomètre et de musculation adaptées au contact d’autres licenciés. Des efforts payants.

 

C’est un plaisir de m’entraîner avec Mouss’. Il a toujours la banane et sur l’eau, même si c’est moi qui le guide, il m’apporte énormément. Il me transmet son envie de se battre, sa capacité à rebondir. C’est une super aventure pour les deux. »

 

Une reconnaissance qui n’est pas étrangère à la confiance retrouvée du bonhomme après des mois de doute. « Quand vous devenez invalide du jour au lendemain, c’est très dur à gérer. Aujourd’hui, j’ai retrouvé des sensations que j’avais perdues dans mon bras et aussi une certaine fierté à me dépasser comme je le fais. Je me reconstruis. » Convaincu de ramer dans la bonne direction.

Toutes les photos

 

Ce contenu a été publié dans Compétition. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.